Le coeur en hiver

6 à 10 ans 5 novembre au 22 novembre 2015

Le coeur en hiver

5 novembre au 22 novembre 2015
6 à 10 ans
Du premier au deuxième cycle
55 minutes
325 Places

ASSISTEZ À LA CRÉATION D’UN NOUVEAU CLASSIQUE DU THÉÂTRE JEUNESSE !

Imaginez le conte classique d’Andersen (1805-1875), La Reine des neiges, réécrit avec nos valeurs d’aujourd’hui par le dramaturge de talent Étienne Lepage, mis en scène par la jeune et déjà réputée Catherine Vidal dans une production pour marionnettes des brillants créateurs de magie et de féérie que sont les artistes du Théâtre de l’Œil, depuis plus de quarante ans… Place à l’enchantement ! Place au spectacle LE CŒUR EN HIVER !!

UNE REINE DES NEIGES MORDANTE

« Est-ce que tu aimerais ne plus avoir froid ? » Si on avait le choix, on accepterait sans grande hésitation, tout comme le jeune Kay, cette proposition de la reine. Mais si ne plus sentir le froid impliquait aussi de ne plus ressentir ce qu’on aime ? La petite Gerda, de son côté, ne se laissera pas duper aussi facilement. La reine des neiges en prend pour son rhume dans cette pièce mordante librement inspirée du conte classique d’Andersen et incarnée par les magnifiques marionnettes du réputé Théâtre de l’Œil.

Ce spectacle touchant, rempli de rebondissements et de personnages fabuleux, met en scène la courageuse quête de Gerda pour retrouver Kay. Sa volonté de vivre à plein, envers et contre tout et tous, nous interroge avec lucidité sur notre manière de réagir face aux difficultés de l’existence. Toutes ces péripéties s’avèrent aussi de la belle matière dramatique et artistique pour de grands créateurs.

 

Axes de découvertes

- Réfléchir sur la manière de réagir face aux difficultés de l’existence
- Apprécier différents types de marionnettes
- Découvrir un conte et ses péripéties

Mots-clés : amitié, ténacité, courage, bonté, marionnettes, péripéties


Équipe

Équipe du spectacle

Texte : Étienne Lepage
Mise en scène : Catherine Vidal
Scénographie et marionnettes : Richard Lacroix
Conseiller en marionnette : Stéphane Heine
Conception sonore : Francis Rossignol
Éclairages : Alexandre Pilon-Guay
Conseiller artistique : André Laliberté
Distribution : Nicolas Germain-Marchand, Pierre-Louis Renaud, Estelle Richard, Karine Sauvé

Une création du Théâtre de l'OEil
Résumé de la compagnie

La compagnie

Théâtre de l’Œil

Selon le directeur artistique André Laliberté, cette 26e création du Théâtre de l’Œil est une nouvelle occasion d’élargir notre point de vue sur la marionnette. Depuis 1973, sans formule ni recette, la compagnie veut diversifier et enrichir cet art millénaire en privilégiant l’alternance ou le mélange de divers types de marionnettes dans ses créations. Elle développe avec des créateurs d’ici, d’ailleurs, d’autres disciplines ou d’une nouvelle génération, une dramaturgie jeune public originale diffusée au Québec et dans le monde. Ses scénographes ingénieuses et les thèmes abordés dans ses spectacles lui ont aussi valu prix et reconnaissance. .

Aller à la rencontre des jeunes spectateurs avec passion et intelligence, proposer et faire apprécier des univers variés en misant sur la force de l’image théâtrale, raconter des histoires qui trouvent une résonance dans l’imaginaire des enfants, les faire rêver, rire et réfléchir sont les objectifs de la compagnie.

Fondé en 1973 par Francine Saint-Aubin et André Laliberté, actuel directeur artistique, le Théâtre de l’Œil compte aujourd’hui vingt-cinq productions. Compagnie de tournée, depuis ses débuts elle diffuse largement ses spectacles au Québec, au Canada et à l’étranger. Grâce au travail et à la créativité de 350 artistes et artisans, la compagnie a rejoint plus de 1,2 million de spectateurs lors des quelques 5000 représentations données sur quatre continents.

En savoir plus

Mot de l'auteur, Étienne Lepage

La Reine des Neiges est un conte très intéressant. Les aventures de la petite Gerda, à la recherche de son ami Kay, sont pleines de rebondissements. Quand on m’a demandé de faire une adaptation pour la marionnette du conte d’Andersen, j’ai donc tout de suite vu le potentiel du point de vue de la création d’un spectacle.

Par contre, cette histoire me met inconfortable du côté du propos. Quand on sait ce que l’éducation religieuse et l’endoctrinement ont fait depuis l’époque où a été écrit ce conte, je ne vois pas comment nous pourrions vouloir reprendre ce propos ! C’est pourquoi je me suis dit que mon travail d’auteur devait consister avant tout à recentrer le propos de cette magnifique histoire. Le recentrer autour d’une réflexion plus actuelle sur l’intelligence, et de ses liens avec l’amour et la vie.

À mon sens, l’intelligence n’est pas néfaste en elle-même. L’intelligence est néfaste lorsqu’elle est utilisée pour se fabriquer une carapace d’explications qui éloignent la peur, la douleur, la peine, et toutes les choses qui nous font mal. L’intelligence est néfaste lorsqu’elle nous sert à refuser la vie. Et c’est l’attitude que j’ai voulu donner à Kay. Face aux difficultés de la vie, le petit garçon choisit une voie facile. Il se retranche du monde pour vivre dans sa tête, dans un endroit où rien ne peut l’atteindre, ni joie, ni peine.

Par opposition, j’ai fabriqué une Gerda qui n’a pas peur de regarder le monde en face, avec ses douleurs et son chaos. Une Gerda surhumaine, qui embrasse la joie comme la peine, et qui ne le fait pas par ignorance ou naïveté, mais en pleine connaissance de cause. Il s’agit d’un long apprentissage que celui qui mène vers l’acceptation de la vie dans son entièreté. Et pour surmonter cette épreuve, il nous faut non seulement beaucoup de patience, beaucoup d’abandon, beaucoup de souffrance, mais aussi, beaucoup d’intelligence, de sagesse, de compréhension. Pour regarder le monde, tel qu’il est, avec ses absurdités, avec sa douleur et son chaos, pour le regarder dans les yeux, avec confiance, et lui sourire, et lui dire oui, notre intelligence ne sera pas de trop.



Ce spectacle fait partie du programme Découvertes théâtrales, commandité par Hydro-Québec.
Hydro Québec, partenaire, spectacle, enfant, maison, theatre