Mot de la directrice artistique


 
 

J’avais dix ans. J’étais en quatrième année. En classe, nous avons monté un spectacle de marionnettes dont j’étais la narratrice. J’ai adoré cette première expérience et, bien qu’elle ne soit pas de fraîche date, j’en garde un souvenir très vif. Les multiples autres qui l’ont suivie m’ont menée à l’école de théâtre et, de grandes routes en chemins de traverse, me voici maintenant à la Maison Théâtre.

Pour appréhender la complexité du monde, il m’apparaît essentiel d’être accompagnée par la parole des artistes, celles et ceux qui voient plus loin, plus grand. Je me dis que si nous sommes convaincus que l’art donne des ailes, c’est peut-être parce que nous avons naguère été transformés par une ou des expériences artistiques. Et c’est ce genre de transformation que nous souhaitons offrir aux enfants et aux adolescents que nous invitons au théâtre.

Cette transformation, j’y aspire encore et toujours parce qu’elle me permet, dans les moments de débordement, de me reconnecter avec moi-même et de me rappeler que je ne suis pas seule à chercher des réponses, à vouloir savoir, sentir et rêver.

Durant la saison 2018–2019, il y aura sur scène, à la Maison Théâtre, une multitude de personnages imaginés par des créateurs empressés de vous faire rencontrer leurs précieux rejetons : un petit frère chamboulé par l’absence du grand frère, deux nouvelles amies qui s’apprivoisent, une mère et son bébé troll, une petite sorcière qui deviendra grande, trois complices qui chantent pour les tout-petits, deux garçons qui transforment leur chambre à coucher en grand terrain de jeu, un écrivain, figurant de sa propre vie, un Marco et un Marco Bleu, William Shakespeare et sa sœur jumelle, une fratrie qui vit dans une forêt, Edgar et Henri Paillettes, Octavio, son fils Étienne et tous leurs ancêtres, quatre-danseurs-et-un-alphabet et MAPA, la « recouseuse » de petites créatures abîmées. Et il y aura vous, milliers de petits et grands humains prêts à être renversés, émus, charmés, émerveillés, bousculés, et, je le souhaite, transformés !

Bonne saison,

 

SOPHIE LABELLE
DIRECTRICE ARTISTIQUE