Tendre

4 à 10 ans 9 au 27 mai 2018

Tendre

9 au 27 mai 2018
4 à 10 ans
Préscolaire 4 ans
au 2e cycle primaire
50 min.
300 Places

CRÉDITS PRINCIPAUX

Créations Estelle Clareton
Chorégraphie : Estelle Clareton en collaboration avec Brice Noeser et Katia Petrowick
 
DEUX AMIS ESPIÈGLES

Deux personnages farfelus tout de bleu vêtus, espiègles et malicieux, sont soudainement reliés l’un à l’autre par un grand élastique rouge. Cette intimité imposée est drôlement contraignante : ils n’ont rien en commun ! Mais peu à peu, ils s’en amusent et inventent toutes sortes de jeux de rôles : cow-boy, vedette de rock, danseuse de ballet, etc. Leur imagination débridée leur fait partager le plaisir d’être ensemble… comme des amis.

 
PLEIN DE REBONDISSEMENTS !

Un spectacle aussi amusant qu’attachant, où le théâtre, la danse et l’art clownesque sont reliés… comme par un grand élastique. L’ambiance est très festive et rythmée. La parole, peu présente, n’est pas nécessaire pour suivre l’évolution rocambolesque des personnages : la musique, les effets sonores, les éclairages et surtout le talent immense des deux comédiens-danseurs nous en mettent plein la vue, les oreilles et le cœur !

 

Tendre initie les enfants à une forme de danse très divertissante et imagée, qui raconte des histoires et des situations qu’ils n’auront aucun mal à saisir. Tout au long du spectacle, les personnages nous font partager leurs malaises, souvent drôles, leurs joies, souvent exubérantes, et leurs folies, toujours attachantes. Leur inventivité est aussi élastique que leur lien.

 

« Qui dit jeune public dit rythme et dans ce cas-ci, c’est un ballet très bien exécuté où on voit l’élastique se tendre, se détendre. […] un garçon d’environ huit ans m’a dit : “wow, j’ai jamais rien vu comme ça !” […] ils étaient hilares, ils étaient touchés. C’est fait avec beaucoup de tendresse et beaucoup d’intelligence aussi. »

̶ Karyne Lefevre, Samedi et rien d’autre

 

« […] on a rit, on a vraiment beaucoup rit en 50 minutes… […] Au niveau danse, c’est assez acrobatique mais relativement simple et les petits qui étaient dans la salle trouvaient ça intéressant. Très régulièrement, changements de rythme, changements de situation, changements de musique, ce qui fait que personne s’est ennuyé mais pas une seconde. C’est une chouette sortie et ça permet d’initier les petits à la danse. »

̶ Mélanye Boissonnault, Le 15-18
Équipe

Équipe du spectacle

Direction artistique : Estelle Clareton
Chorégraphie : Estelle Clareton en collaboration avec Brice Noeser et Katia Petrowick
Interprétation : Brice Noeser et Audrée Juteau
Direction des répétitions : Annie Gagnon
Musique : Éric Forget
Lumières : Éric Champoux
Scénographie, costumes et accessoires : Annie Gélinas
Résumé de la compagnie

Créations Estelle Clareton

Reconnue pour ses œuvres originales, hétéroclites et imprégnées d'humour, il n'est pas étonnant que Estelle Clareton s'adresse finalement au jeune public avec Tendre. La chorégraphe et directrice artistique offre encore une fois une création invitant à réfléchir, avec charme et inventivité. Également comédienne, metteure en scène et conseillère artistique à l’École nationale de cirque, Estelle élabore des univers où le dialogue entre le théâtre, l’art clownesque et la danse est harmonieux et complémentaire.

En savoir plus

AXES DE DÉCOUVERTES

- Plonger dans l’univers de deux personnages rigolos liés par un lien élastique en réfléchissant aux compromis et adaptations exigés d’une relation harmonieuse avec quelqu’un de notre vie.

- S’initier à la danse contemporaine grâce à une performance ludique, clownesque et théâtrale.

- Ouvrir le dialogue sur les relations que nous entretenons avec des membres de notre famille ou nos amis dans certains contextes où nous devons nous entendre malgré nos besoins différents.


PLUS D'EXTRAITS DE CRITIQUES

« C’est avec une grande poésie que Clareton évoque l’étendue de l’imagination enfantine, bonifiée par la musique d’Éric Forget, qui allie le classique, le traditionnel et le populaire. Les danseurs Brice Noeser et Katia Petrowick emploient une gestuelle désarticulée et une expressivité exagérée qui les rapproche des poupées. Ainsi, leur solide bagage chorégraphique transparaît autant que leur sensibilité artistique. »

̶ Sara Thibault, MonThéâtre.qc.ca